languages
Dear visitor; Welcome.
Linguistic Studies:
is particularly intended to be of use for students and teachers at all levels as well for members of the general public who wish to get Academic resources for the study of Foreign Languages .
---------------------------------------------------------
Registration will not take more than one minute,
GO ON!

languages

academic resources for the study of foreign languages
 
HomeRegisterLog in

Share | 
 

 Mots français d'origine arabe*01*

View previous topic View next topic Go down 
AuthorMessage
langues
Admin
Admin
avatar


PostSubject: Mots français d'origine arabe*01*   Mon 3 May - 19:04

Mots français d'origine arabe

Cette liste comprend des mots français qui ont été transmis par l'arabe soit directement, soit en utilisant l'arabe comme langue-vecteur.

On estime que la langue française compte plus de 480 mots provenant de l'arabe. Ces mots concernent essentiellement l'équitation, l'astronomie, la botanique, les vêtements et la cuisine.






A

* abricot[1] (s.m.) (bot.) du latin praecoquum (qui a donné le doublet précoce) et qui est revenu en français sous cette forme après un voyage par l'intermédiaire du grec ancien πραικόκιον (praikókion), de l'arabe al-barqūq (البرقوق) et de l'espagnol albaricoque ; un intermédiaire catalan albercoc avait donné aubercot, mot qui ne s'est cependant pas imposé contre abricot.
* adobe[2] (s.m.) de l'espagnol adobe de l'arabe aṭ-ṭūb (الطوب) : brique de terre séchée.
* adroper[3], droper (v. intr.) de ʾazrab (أزرب) « courir » : s'enfuir très vite.
* afrite[4] éfrit ou ifrit (n.m.) du persan āforīdeh (آفریده) « créature » passé à l'arabe ʿifrīt, (عفريت) « esprit malfaisant ».
* alambic[5] (s.m.) de al-inbīq (إنبيق) : appareil destiné à la distillation en particulier de l'alcool. L'invention de l'alambic remonterait à l'Égypte hellénistique. Le mot grec ambix (αμβιξ) : chapiteau d'un alambic, a été repris par les arabes avec l'article al-.
* albacore[6] (s.m.) (zoo.) de l'espagnol albacora de l'arabe al-barqūq (ألبرقوق) de bakūr (بكور) « précoce » : thon albacore.
* albatros[7] (s.m.) de l'espagnol alcatraz « albatros » influencé par le latin albus « blanc », de l'arabe al-qiṭris (القطرس) « albatros ». Voir aussi alcatraz.
* alcade[8] (s.m.) de l'espagnol alcalde « magistrat ; gouverneur », de l'arabe al-qāḍi (القاض) « juge ; cadi ».
* alcali[9] (s.m.) / alcalin (adj.) / kali (s.m.) (bot.) de al-qilī (القلي) « salsola kali » : nom d'une plante servant à produire de la soude, d'où alcali : ammoniaque (NH3), solution d'ammoniac (NH3, nH2O) et alcalin : synonyme ancien de basique.
* alcarazas[10] (s.m.) de l'espagnol alcarraza, de kurrāz (كراز) « gargoulette ».
* alcatraz[11] (s.m.) de l'espagnol d'Amérique alcatraz, de l'arabe al-qiṭris (القطرس) « albatros » : Oiseaux ressemblant à des pélicans. Voir albatros.
* alcazar[12] (s.m.) de l'espagnol alcázar, de al-qasr (القصر) « palais fortifié ». Ce pourrait être un emprunt de l'arabe au latin castrum dont le diminutif castellum, a donné castel en occitan et finalement château.
* alchimie[13] (s.f.) / chimie (s.f.) de al-kīmiāʾ (الكيمياء). Cette origine est remise en cause, le mot proviendrait du grec chymeia (χυμεία) « mélange de liquides » ou du copte selon les hypothèses actuelles et serait ensuite passé à l'arabe qui a ajouté l'article al-. Voir aussi kémia.
* alcool[14] (s.m.) de al-kuḥūl (الكحول) de même racine que le kohol kuḥul (كحل) fard à paupières à base d'antimoine, le verbe kaḥala (كحل) avoir les yeux cernés, avoir mal dormi.
* alcôve[15] (s.f.) de l'espagnol alcoba, de al-qubba (القبة) « coupole ».
* Aldébaran[16] de l'arabe al-dabarān (الدبران) « qui suit (les Pléiades) » : étoile α du Taureau.
* alezan[17] (s.m. et adj.) de l'espagnol alazán de l'arabe al-aṣhab, (الأصهب) « roux ; alezan ».
* alfa[18] (s.m.) (bot.) de ḥalfa (حلف) « alfa; stipe; sparte ». Stipe très tenace, dont les feuilles servent à faire des cordes, de la sparterie, des nattes, de la pâte à papier.
* alfange[19] (s.m.) de l'espagnol alfanje, de ḫanjar (خنجر) « poignard; sorte de cimeterre » . Voir kandjar.
* algarade[20] (s.f.) de l'espagnol algarrada, de al-ḡāra (الغارة) : « raid ; razzia » : vive altercation.
* algazelle[21] (s.f.) de ḡazāla (غزالة) « gazelle » : Oryx algazelle. Voir aussi gazelle
* algèbre[22] (s.f.) de l'arabe al-jabr (الجبر) « réduction », en référence à la méthode décrite par Al-Khawarizmi (en persan : خوراسمى) dans son Abrégé du calcul par la restauration et la comparaison. En espagnol algebrista[23] désigne aussi le rebouteux, celui qui sait réduire les fractures osseuses. Voir algorithme
* Algol[24] de al-ḡūl (الغول) abréviation de raʿs al-ḡūl (رأس الغول) « tête de l'ogre » : étoile β de Persée.
* algorithme (s.m.) déformation du nom du mathématicien Al-Khawarizmi (en persan : خوراسمى).
* alguazil[25] (s.m.) de l'espagnol alguacil, de l'arabe al-wazīr (الوزير) « qui porte une charge ». Désigne un fonctionnaire subalterne de police. Voir aussi vizir et argousin.
* alidade[26] (s.f.) (astr.) de al-ʿidāda (العدادة) « soutien ; aide ; assistance », pièce de visée d'une astrolabe.
* alizari[27] (s.m.) de l'arabe al-ʿuṣāra (العصارة) « le jus ; le suc (de la racine de garance) » ou du grec rizari (ῥιζάρι) « garance » dérivé de riza (ῥίζα) « racine » (étymon que l'on retrouve dans le mot rhizome).
* alkékenge[28] (s.m.) de l'arabe al-kakendj (الكاكنج) : plante dicotylédone dont le fruit est appelée “cerise d'hiver”.
* alkermès[29] (s.m.) de qirmiz (قرمز) « carmin ; kermès » et du persan qirmiz (قرمز) « rouge : kermès ; cochenille » ; autre nom de la cochenille. Voir aussi carmin et kermès.
* almanach[30] (s.m.) de al-munāḫ (المناخ) « étape ; climat ».
* almée[31] (s.f.) de ʿālima (عالمة) (adj.f.s.) « (femme) instruite ; savante ». Désigne une danseuse orientale capable d'improviser des vers.
* almicantarat[32] (n.m.) de al-muqanṭara (adj.f.s.) (المقنطرة) « voutée ; incurvée » par référence au cercle de la sphère céleste, parallèle à l'horizon. Synonyme d'astrolabe. Voir aussi alidade.
* alquifoux[33] (s.m.) de al-kḥūl للكحول : sulfure de plomb, galène (PbS).
* Altaïr[34] de l'arabe al-nasr al-ṭayr (النسر الطير) « l'oiseau aigle » abrégé en al-ṭayr (الطير) « l'oiseau (par excellence) » : étoile α de l'Aigle.
* amalgame[35] (n.m.) de ʿamal al-jamāʿa عمل الجماع « union charnelle ; coït ». L'analogie était fréquemment établie par les alchimistes entre l'union charnelle et la combinaison entre le mercure et les métaux. D'où alliage de mercure avec un autre métal.
* aman[36] (s.m.) de ʾamān (أمان) « clémence ; immunité » : en pays musulman, octroi de la vie sauve à un ennemi ou à un rebelle vaincu.
* ambre (n.m.) ʿanbar (عنبر) « ambre gris », de ʿanābir (عنابر) « cachalot » : substance très parfumée, et provenant de la digestion par les cachalots de l'encre des poulpes (sépia). Voir aussi carabé, un des noms de l'ambre jaune.
* amiral[37] (s.m.) de ʾamīr al-baḥr (أميرالبحر) « commandant de la mer » ou de ʾamīr al-ʿālī (أمير العالي) « très grand commandant » ou « commandant du large ». Il semblerait que ce soient les Siciliens, à la croisée des mondes musulman et chrétien, qui aient abrégé l'appellation en amiral. Le mot apparaît pour la première fois en français en 1249.
* antimoine[38] (s.m.) du latin médiéval antimonium, probablement de l'arabe ʾiṯmid (إثمد), du grec stibi (στίϐι) d'où le symbole Sb.
* arac[39], arak ou arack (s.m.) de ʿaraq (عرق) « transpiration ; sueur » ; eau de vie. Donne le turc raki.
* argan[40] (s.m.) / arganier (s.m.) (bot.) de arqan (أرقن) : arbre de fer; olivier du Maroc, ou mot d'origine berbère.
* argousin[41] (s.m.) du portugais algoz, et l'espagnol alguazil ou alguacil, de l'arabe al-wazīr (الوزير) « qui porte une charge » : officier subalterne dans les galères. Voir aussi vizir et alguazil.
* arobe[42], arrobeou arroba (s.m.) de l'espagnol arroba, de ar-rubʿ (الربع) « quart » : ancienne unité de mesure (environ 12 kg) notée par le symbole @ appelé aussi arrobase.
* arsenal[43] (s.m.) de aṣ-ṣināʿa (الصناعة) « atelier ; arsenal ».
* artichaut[44] (s.m.) (bot.) du lombard articiocco ou de l'espagnol alcachofa(italien carciofo), de l’arabe ḫaršuf (خرشوف).
* arzel[45] (s.m. et adj.) de l'espagnol argel, de l'arabe rijl (رجل) pl. arjul (أرجل) « jambe ». Se dit d'un cheval qui n'a que la jambe droite blanche ce qui est censé porter malheur à son cavalier.
* askari[46] (s.m.) de ʿaskarī (عسكري) « militaire » ; Désignait en Allemagne et en Italie les membres des troupes coloniales, l'équivalent des zouaves, tirailleurs et autres spahis. Voir aussi lascard.
* assassin[47] (s.m. et adj.) de l'italien assassino, de ḥašāš (حشاش) pl. ḥašāšūn (حشاشون) « fumeur de haschich ». Ce mot a d'abord désigné les Nizârites, membres d'une secte chiite ismaélienne qui avaient la réputation d'exterminer leurs adversaires. Le mot prend ensuite le sens de meurtrier.
* ataurique[48] (s.m.) mot castillan ataurique de l'arabe tawrīq (توريق) « feuillage » : Décor d'arabesques de feuillages.
* athanor[49] (s.m.) de tannūr (تنور) « four à pain, source d'eau chaude » : four des alchimistes.
* aubère[50] (adj.) de ḥubārā (حبارى) « outarde » : rouan ; tacheté (en parlant du pelage d'un cheval) comme le plumage de l'outarde.
* aubergine, voir mots transmis par la langue arabe / aubergine
* aubin[51] (s.m.) de ʿayb (عيب) « défaut ; tare ». L'expression cheval qui va l'aubin se dit d'un cheval à l'allure défectueuse.
* aval[52] (s.m.) de l'italien avallo, de l'arabe ḥawāla (حوالة): personne qui s'engage à honorer la dette d'un tiers en cas que celui-ci ne puisse la régler. Ne pas confondre avec son homonyme entrant dans l'expression « en aval » signifiant vers le bas / vers la vallée.
* avanie[53] (s.f.) de ʿahāna (أهان) « blesser ; humilier ».
* avarie[54] (s.f.) de ʿawār (عوار) « avarie ; défaut ; imperfection ».
* ayatollah[55] (s.m.) de ayatu allāh (آية الله) « signe de Dieu ».
* azerole[56] (s.f.) / azerolier (s.m.) (bot.) de l'arabe az-zuʿrūr (الرعرور) « aubépine (Crataegus azarolus) ; néflier ».
* azimut[57] ou azimuth (s.m.) (astr.) de l'espagnol acimut ou azimut, de l'arabe as-samt (السمت) « direction ». Voir son doublet lexical zénith.
* azulejo[58] (s.m.) de l'espagnol azulejo, de l'arabe az-zulayj (الزليج) « carreau de faïence ; zellige ». Voir aussi zellige.
* azur, voir mots transmis par la langue arabe / azur

B

* babouche, voir mots transmis par la langue arabe / babouche
* badiane, voir mots transmis par la langue arabe / badiane
* bakchich, voir mots transmis par la langue arabe / bakchich
* balais[59] (adj.) du latin médiéval balascus provenant de l'arabe balaḫš (بلخش) : rubis rouge violacé ou rose, le mot viendrait du nom de la province du Badakhchan / Badaḫšān (en persan : بدخشان) d'où provenaient ces rubis.
* baldaquin[60] (s.m.) de l'italien baldacchino dérivé de Baldacco nom de Bagdad, de l'arabe baḡdādīy (بغدادي) « originaire de Bagdad » : soie de Bagdad (nommée Baldac ou Baudac au Moyen-Âge)
* baobab[61] (s.m.) (bot.) de abū hibāb (ابو حِباب) « père des graines ; qui a de nombreuses graines », mais l'arabe utilise bāʾawbāb (باأوباب). Le mot désignait le fruit, aux nombreuses graines avant de désigner l'arbre porteur de ces fruits.
* baraka[62] (s.f.) de baraka (بركة) même origine sémitique que l'hébreu bérakha (ברכה) « bénédiction, chance ».
* baraquer[63] (v.i.) de baraka (برك) « s'accroupir (pour un chameau) ».
* barbacane[64] (s.f.) en espagnol barbacana de bāb al-baqqār (باب البقار) « la porte des vaches » ; ou de l'arabe de barbaḫ (بربخ) « canalisation ; collecteur ».
* barda[65] (s.m.) (argot) de l'espagnol albarda de l'arabe bardaʿa (بردعة) « bât ». Chargement du soldat; bagage, équipement encombrant. Donne aussi barde et bardot.
* barde[66] (s.f.) de bardaʿa (بردعة) « bât ». Armure qui protégeait le cheval de combat. : Selle rembourrée. Donne aussi barda et bardot.
* bardot[67] (s.m. et adj.) de bardaʿa (بردعة) « bât ». Âne bardot : mulet considéré comme animal de bât. Donne aussi barda et barde.
* baroud[68] (s.m.) (argot) de bārūd (بارود) « salpêtre; poudre à canon ». Combat; baroud d'honneur, ultime combat pour sauver l'honneur.
* bédouin[69] (s.m. et adj.) de badwīy (بدوي) « bédouin; nomade. »
* benjoin[70] (s.m.) de lubān jāwīy (لبان خاوي) « résine de Java ; benjoin ». Baume parfumé qui découle d'incisions faites au tronc du styrax benjoin. On en extrait l'acide benzoïque (C6H5―CO2H), isolé au début du XVIIe siècle. Il donne son nom au benzène et à la benzine (ancien nom du benzène utilisé aussi pour désigner l'essence). Le mot est retourné à l'arabe sous la forme banzīn (بنزين) « essence, super ».
* bergamote, voir mots transmis par la langue arabe / bergamote
* besef[71], beseff ou bézef (adv.) (argot) de bizzāf (بزاف) : beaucoup.
* bézoard, voir mots transmis par la langue arabe / bézoard
* bicot[72] (s.m.) de ʿarbī (عربي) « arabe », peut être influencé par l'italien arabico : injure à l'encontre d'un indigène d'Afrique du Nord.
* bled[73] (s.m.) de balad (بلد) pl. bilād (بلاد) « pays; contrée » : En français familier village, localité isolée.
* borax, voir mots transmis par la langue arabe / borax
* bordj, voir mots transmis par la langue arabe / bordj
* bougie[74] (s.f.) de bajāya (بجاية) : chandelle fabriquée à l'origine dans la ville de Bougie (Béjaïa) en Kabylie. L'espagnol bujía a la même origine.
* bourrache[75] (s. f.) du latin médiéval borrago ou de l'arabe ʿabū ʿaraq (أبو عرق) « père de la sueur » : plante des lieux incultes aux vertus sudorifiques.
* boutargue ou poutargue[76] (s.f.) du provençal boutargo, de l'arabe baṭāriḫ (بطارخ) : œufs de mulet préparés.
* boutre[77] (s. m.) peut être de bātir (باتر) pl. bawātir ( بواتر) « effilé » : petit navire arabe à voile, à l'arrière très élevé[78].
* burnous[79] (s.m.) de l'arabe burnus (برنس) : manteau en laine avec capuche et dépourvu de manches.

C

* caban[80] (s.m.) de qabāʾ (قباء) « capote; vêtement de dessus ».
* cadi[81] ou kadi (s.m.) de qāḍi (قاض) « juge ».
* cador[82] (s.m. et adj.) (argot) de qadīr (قدير) « capable; puissant ». Un cador : un chien ; Le chien des Bidochon s'appelle Kador.
* cafard[83] (s.m.) (dans le sens faux dévot) de kafir (كافر) « infidèle ».
* café / caoua (s.m.) de qahwa (قهوة) « café » par le turc kahve. En argot : caoua.
* cafetan ou caftan, voir mots transmis par la langue arabe / cafetan
* caïd[84] (s.m.) de qa'id (قائد) « dirigeant, chef » passé à l'espagnol alcaide « commandant d'une forteresse ».
* calfat[85] (s.m.) / calfatage (s.m.) / calfater (v.t.) de qalafa (قلف) « calfater » et qalfa (قلفة) : calfatage, ou de jalfaṭa (جلفط) (prononcé galfaṭa en Égypte) « calfater ».
* calibre[86] (s.m.) de l'arabe qālib (قالب) « modèle; moule ».
* calife[87], khalife (s.m.) de ḫalīfa (خليفة) : successeur.
* camaïeu[88] (s. m.) peut être de l'arabe qamāʿil (قماعل) « bourgeons ? » : peinture où l'on n'emploie qu'une couleur avec des tons différents. Pierre fine taillée formée de deux couches de même couleur mais de tons différents.
* camelot[89] (s.m.) de ḫaml (خمل) « tapis de laine de chameau ».
* camisole[90] (s.f.) de qamiṣ (قميص) « chemise » : étymologie contestée.
* camphre[91] (s.m.) de l'arabe et du persan kāfūr (كافور) « camphre; eucalyptus ».
* candi[92] (s.m. et adj.) de qand (قند) « sucre candi ». L'adjectif candi / candie / candis / candies signifie recouvert d'une couche de sucre candi. Fruits candis ou candis (confis).
* cangiar (s.m.), voir kandjar.
* caoua[93] (s.m.) de qahwa (قهوة) « café ».
* carabé[94] (s.m.) de kahrabā (كهربا) « ambre (jaune) » et du persan kā-rubā کا ربا « ambre » : Le mot donne électricité en arabe moderne : kahrabāʾ, كهرباء. Voir aussi ambre.
* carafe[95] (s.f.) de ḡarafa (غرف) « puiser de l'eau » et de ḡarrāfa (غرافة) « carafe ».
* caramel[96] (s.m.) du portugais caramelo (passé à l'espagnol), l'origine de ce mot reste peu claire, selon les auteurs on trouve : De kura al-muḥalla (كرة المحلة) « boule sucrée » ; De karam (كرم) « générosité » (par métonymie un cadeau fait de sucreries) ; Du bas latin calamellus, diminutif de calamus « roseau ».
* caraque[97] ou carraque (s.f.) de l'italien (passé à l'espagnol) carraca, de l'arabe karrāka (كراكة) « drague » : Grande barque à voile à fond plat.
* carat[98] (s.m) de l'italien carato, de l'arabe qīrāṭ (قيراط) « carat » venant lui même du grec keration (κεράτιον) et latin ceratium « caroubier » : Unité de mesure de masse valant 0,2 g. La graine de caroubier a une masse très constante qui a servi de masse étalon.
* carmin[99] (s.m. et adj.) (zoo.) de qirmiz (قرمز) « carmin ; kermès » et du persan qirmiz (قرمز) « rouge : kermès ; cochenille » ; rouge de cochenille. Voir aussi kermès et alkermès.
* caroube[100] (s.f.) / caroubier (s.m.) carouge (s ;f.) (bot.) du latin médiéval carubia , de l'arabe ḫarrūb (خروب) « caroubier ».
* carvi[101] (s.m.) (bot.) du latin médiéval carvi emprunté soit à l'arabe karawyā (كرويا) et passé à l'espagnol alcaravea, soit au grec karon (κάρον) : carvi, cumin des prés. Voir aussi chervi.
* carthame[102] (s.m.) (bot.) de qurtum (قرطم) : plante tinctoriale appelée safran bâtard.
* casbah[103] ou casauba (s.f.) de qaṣaba (فصبة), passé à l'espagnol alcazaba « citadelle ».
* cétérac[104] ou cétérach (s.m.) (bot.) de šutrāq (شتراق) : fougère aux vertus médicinales, peut-être d'origine indienne.
* chadouf[105] (s.m.) de šādūf (شادوف) : appareil servant à puiser l'eau pour l'irrigation.
* chahid[106] (s.m. et adj.) de šahīd (شهيد) pl. šuhadā' (شهداء) « témoin; martyr ».
* châle, voir mots transmis par la langue arabe / châle
* charabia[107] (s.m.) de l'arabe al-ʿarabyīa (العرية) : l'arabe, langage incompréhensible. Comparable à baragouin pour appeler le langage des bretons.
* charia[108] (s.f.) de šarīʿa (شريعة) « loi ; droit ».
* chebec[109], chébec ouchebek (s.m.) de šubbāk (شباك) « grille » ou (pl.) šabak (شبكة) « filets de pêche » : barque à trois mats.
* chèche[110] (s.m.) de šāš (شاش) ancien nom de la ville de Tachkent : écharpe servant de turban. Voir aussi chéchia.
* chéchia[111] (s.f.) de šāšīa (شاشية) : bonnet de feutre rouge semblable au fez.
* cheik[112], cheikh ou scheik (s.m.) de šayḫ (شيخ) « vieillard, sage ».
* chemise[113] (s.f.) de qamiṣ (قميص) « chemise » : étymologie contestée[114].
* chergui[115] (s.m.) de šarqīa (شرقية) « de l'est ; chergui » : vent chaud (d'est). Voir aussi sirocco ayant la même origine, mais en passant par l'italien.
* chérif[116] ou schérif (s.m.) / chérifien (adj.) de šarīf (شريف) pl. ašrāf (أشراف) ou šurafāʾ (شرفاء) « noble » : Descendant de Mahomet.
* chervis[117] de karawyā' (كروياء) : ombellifères à racine comestible. Voir aussi carvi.
* chiffre[118] (s.m.) de ṣifr (صِفر) « vide ; inoccupé ; zéro ». Voir aussi son doublet lexical zéro.
* chiite[119] ou shiite (s.m.et adj.) chiisme ou shiisme (s.m.) de šīʿīy (شيعيّ) « ceux qui prennent le parti (d'Ali) ».
* chimie (s.f.), voir alchimie et kémia.
* chott[120] (s.m.) (géogr.) de šaṭṭ (شطّ) « chott » : Dépression contenant un lac salé.
* chouia[121], chouïa ou chouya (s.m.) de šuwayīya (شويّة) « un peu », diminutif de šayʾ (شيء) « chose ».
* 1-civette[122] (s.f.) (zoo.) de sinnawr az-zabād (سنّور الزباد) « civette ; chat musqué » : Le mot zabād (زباد) « écume ; musc parfumé » : Musc parfumé ; l'animal qui produit ce musc, chat musqué.
* 2-civette désignant parfois la ciboulette vient du latin.
* clebs[123] ou clébard (s.m.) (argot) de kalb (كلب) « chien ».
* colcotar[124] ou colcothar (s.m.) de qulqutār (قلقطار) : Oxyde ferrique de couleur rouge servant au polissage du verre (Fe2O3).
* colocase[125] (s.f.) de qulquls (قلقلس) ou du latin colocasia et du grec kolokasia (κολοκάσια) : plante cultivée en Égypte.
* coran[126], koran ou alcoran (s.m.) de qur'ān (قرآن) « récitation ; déclamation ».
* coton[127] (s.m.) (bot.) de qutun (قطن). Voir aussi hoqueton.
* couffe[128] (s.f.) ou couffin (s.m.) de quffa (قفة) « cabas ; panier ». Sans doute lié au latin cophinus « corbeille » et au grec kophinos (κόφινος).
* coufique[129] ou koufique (adj.) de kūfa (كوفة) : de Koufa en Irak ; style d'écriture arabe dit koufique.
* couscous[130] ou couscouss couscous (s.m.) de kuskus (كسكس) « semoule », du berbère kesksu : semoule de blé.
* cramoisi[131] (adj.) de qirmizīy (قرقزيّ) « écarlate ; vermeil » : rouge vif obtenu avec le carmin ou kermès
* crouillat[132] ou crouille (s. m.) de l'arabe ʾaḫūya (أخوي) en arabe classique ʾaḫī (أخي) « mon frère » : Le mot a d'abord désigné un membre de la légion étrangère, puis un Nord-Africain.
* cubèbe[133] (s.m.) (bot.) de kabāba (كبابة) : plante grimpante dont le la baie noirâtre ressemble au poivre.
* cumin[134] (s.m.) (bot.) du latin classique cuminum venant du grec kuminon (κυμινυον) de l'arabe (du sémitique ?) kammūn (كمون) : ombellifère dont les graines servent d'aromate ; l'aromate obtenu.
* curcuma[135] (s.m.) (bot.) de l'espagnol cúrcuma de l'arabe de kurkum (كركم).
* cuscute[136] (s.f.) (bot.) de kušūṯ (كشوث) provenant peut-être du grec kasytas (κασύτας) : plante parasite à petites fleurs blanches.

D

* dahabieh[137] (s.f.) de dahabīya (دهبية) : grande barque, à voile triangulaire et à rames sur le Nil.
* dahir[138] (s.m.) de ẓahīr (ظهير) « décret ».
* daïra[139] (s.f.) de dāʾira (دائرة) « circonscription » : subdivision de la wilaya en Algérie.
* daman[140] de ḍaʾn (ضأن) « ovin » : Heterohyrax syriacus, animal de la taille d'un lapin, appelé daman Israël ou agneau d'Israël par Buffon.
* damas[141] (s.m.) / damasser[142] (adj.) de dimašq aš-šam دمشق الشام « Damas » : nom donné à des produits de la ville de Damas en Syrie.

* 1-damas : le tissu damassé est un brocart tramé d'or.
* 2-damas : l'acier damassé sert à faire toutes sortes de lames

* darbouka[143], derbouka ou darabouk (s.f.) de darbūka (دربوكة) : tambour arabe.
* darce ou darse[144] (s.f.) du génois darsena, de l'arabe dār al-ṣināʿa (دار الصناعة) « maison de travail » : bassin abrité dans un port méditerranéen. Une darse sert à la réparation navale dans un arsenal.
* derviche, voir mots transmis par la langue arabe / derviche
* dinar[145] (s.m.) de dīnār (دينار) du latin denarius « denier » (monnaie d'or).
* dirham[146] ou dirhem (s.m.) de dirham (درهم) du grec drachme (δραḫμή) « drachme » (monnaie d'argent).
* divan, voir mots transmis par la langue arabe / divan
* djamā'a[147] ou djemā'a (s.f.inv.) de jamāʿa (جماعة) « collectivité ; communauté » : au Maghreb réunion de notables qui représentaient le douar.
* djebel[148] (s.m.) de l'arabe j'bel : montagne en Afrique du Nord.
* djellaba[149], djellabah (s.f.) de jellāba (جلّابة) : longue chemise couvant le corps jusqu'aux pieds.
* djihad[150] (s.m.) de jihād (جهاد) « lutte ; combat » : Mot au sens très étendu, d'effort, application à guerre sainte.
* djinn[151] (s.m.) de jinn (جنّ) « génies; démons; djinns ». Voir par exemple Le Coran, « Les Génies, LXXII » ((ar)‎الجن‏).
* douane, voir mots transmis par la langue arabe / douane
* douar[152] (s.m.) de duwwār (دوّار) « douar » : (plusieurs) maisons c’est-à-dire un village (Maghreb).
* doum[153] (s.m.) de dūm / duwm (دوم) « palmier nain » : palmier d'Égypte et d'Arabie.
* dourine[154] (s.f.) peut être de l'arabe darin (درن) « malpropre ; crasseux » : trypanosomiase des équidés.
* drogman[155] (s.m.) de tarjumān (ترجمان) « traducteur; truchement ».
* droper, voir adroper.

E

* écarlate, voir mots transmis par la langue arabe / écarlate
* échec[156], peut-être de l'arabe šayḫ, (شيخ) « cheykh » ou du persan šah, (شاه) « roi ; chah ». Le jeu porte un autre nom en arabe et en persan : šaṭranj (شطرنج). Voir échec et mat
* échec et mat[157] du persan et de l'arabe šah māt (شاه مات) « le roi est mort » (persan šah (شاه) « roi » et l'arabe māt (مات) « mort »).
* éfrit, voir afrite
* élixir[158] (s.m.) de al-iksīr (الإكسير) « élixir ; pierre philosophale ». Dérive de la racine arabe kasara (كسر) « briser ; broyer ; concasser ». D'après le CNRTL le mot serait lui-même dérivé du grec xerion (ξηρίον) « poudre siccative que l'on met sur les blessures ».
* émir[159] (s.m.) de ʾamīr (أمير), dérive du verbe ʾamara (أمر) « commander ; ordonner » : chef, celui qui commande.
* épinard, voir mots transmis par la langue arabe / épinard
* erg[160] ʿirq, (عرق) « veine ; racine ; nervure » : erg , désert de dunes de sable.
* estragon[161] (s.m.) (bot.) de ṭarḫūn (طرخون) « estargon » ou du latin médiéval tarcon, du grec médiéval tarkon (ταρχον) du grec classique drakontion (δρακοντιον) « serpentaire » : Ce nom vient de la forme des racines évoquant un serpent ou un dragon.

F

* fakir[162] (s.m.) de faqīr (فقير) « pauvre; ascète » ou d'après le CNRTL et dans le contexte religieux, de faqīh ( فقيه) « savant en matière de fiqh ». Voir aussi derviche
* falaque[163] (s.m.) de falaqa (فلقة) « supplice de la bastonnade » : instrument de supplice usité au Maghreb.
* fanfare[164] (s.f.) de l'espagnol 'fanfarria, de l'arabe farfara (فرفر) « être inconstant ; être volage ».
* fanfaron[165] (s.m. et adj.) de l'espagnol 'fanfarrón, de l'arabe farfār (فرفار) « volage ; inconstant ; bavard ».
* farde (s.f.), fardeau[166] (s.m.) de farda (فردة) : balle contenant des marchandises, utilisée sur les animaux de bât.
* fatma[167] (s.f.) de l'arabe fāṭima (فاطمة) (nom de la première fille de Mahomet) (فرفار) : servante au Maghreb au temps de la colonisation.
* fatwa[168], fetfa[169] ou fetva (s.f.) de fatwā (فتوى) : avis juridique donné par un mufti.
* fedayin[170] de fiddā (فدّى) « sacrifice ; rançon » qui donne fidāʾīy (فدائيّ) « commando ; partisan » : combattant palestinien
* fellaga[171] ou fellagha (s.m.) fellaq (فلاق) pl. : fellāqa (فلاقة) : désignait les bandits de grand chemin.
* fellah[172] (s.m.) de fallāḥ, فلاح « paysan, laboureur ».
* felouque[173] (s.f.) de falūka (فلوكة) : barque à voile.
* fennec[174] (s.m.) (zoo.) de fanāk (فنك) : fennec, petit renard du Sahara.
* fetfa ou fetva[175], voir fatwa
* fez[176] (s.m.) de fās (فأس) : chapeau tronconique généralement de couleur rouge traditionnellement fabriqué à Fès au Maroc appelé aussi tarbouche ou chéchia.
* firman, voir mots transmis par la langue arabe / firman
* fissa[177] (adv.) (argot) de fī sāʿa (في ساعة) « dans l'heure » ; vite ; dépêchez-vous !
* flouze[178] ou flouse (s.m.) (argot) de fals (فلْس) pl. fulūs (فُلوس) « coquillage, obole, sou » : argent ; fric.
* foggara[179] (s.f.) de faḫāra (فجارة) « canal souterrain » servant à l'irrigation. Ces canaux sont aussi appelés qanat, (s.m.inv.) de qanā (قناة) « canal ».
* Fomalhaut[180] de l'arabe : étoile α du Poisson austral.
* fondouk[181], fondique[182] ou fondic (s.m.), de l'espagnol: fonda / fondac « auberge », de l'arabe funduq (فندق) : hôtel, entrepôt et hôtellerie de marchands ; caravansérail.
* fustet[183] (s.m.) de l'arabe fustuq (فستق) : bois qui fournit la fustine.

G

* gabelle[184] (s.f.) de l'italien gabella « impôt » et l'espagnol alcabala, de l'arabe qabāla (قبالة) « gabelle ; taxe ; tribut ».
* gandoura[185] ou gandourah (s.f.) de ḡandūra (غندورة).
* gaze[186] (s.f.) peut-être de l'arabe qazz (قزّ), du persan qaz (قز) « soie brute ».
* gazel[187], voir ghasel.
* gazelle[188] (s.f.) (zoo.) de ḡazāla (غزالة) « gazelle ».
* genet[189] (s.m.) de l'espagnol jinete de l'arabe maghrébin zanātī (زناتي) « zénète ». Petit cheval de race espagnole car les Zénètes qui l'on importé étaient des cavaliers réputés.
* genette[190] (s.f.) de l'arabe maghrébin jarnayṭ jarnīṭ (جرنيط) « genette ». Le mot espagnol ginata ou jineta viendrait de jinete désignant les Zénètes.
* gerboise[191] (s.f.) (zoo.) de yarbūʿa (يربوع).
* ghasel[192] ghazel[193] (s.m.) de ḡazal (غزل) « poésie galante ». Ce mot est proche de gazelle.
* ghassoul, rassoul[194] ou rhassoul (s.m.) de ḡasūl (غسول). Argile (stevensite lithinifère ; hectorite (en)) servant de savon de shampooing, de lessive.
* giaour, voir mots transmis par la langue arabe / giaour
* gilet, voir mots transmis par la langue arabe / gilet
* gingembre[195] (s.m.) de zinjabīl (زنجبيل), du bas latin gingiber, du latin zingiberi et zingiber, du grec ζιγγίβερις : gingembre.
* girafe[196] (s.f.) (zoo.) de zarāfa (زرافة) « girafe ».
* goudron[197] (s.m.) de qaṭrān (قطران) « goudron ».
* goule[198] (s.f.) de ḡūl (غول) « ogre ; ogresse » : goule, vampire femelle qui dévore les cadavres dans les cimetières.
* goum[199] (s.m.) de qūm (قوم) « ethnie ; tribu ; nation » : goum; contingent recruté parmi la population colonisée.
* gour[200] (s.m.) de qāra (قارة) pl. qūr (قور) « continent » (pl. régulier qārāt (قارات)) : plateau rocheux (Afrique du nord).
* gourbi[201] (s.f.) de qurbīy (قربيّ) « famille ; proche parenté » : habitation des paysans pauvres (Afrique du nord).
* guitare, voir mots transmis par la langue arabe / guitare
* guitoune[202] (s.f.) de l'arabe maghrébin qīṭūn / qayṭūn (قيطون) « tente de toile ».

H

* habous[203] (s.m.) de ḥubs (حبس) pl. aḥbās (أحباس) « prison » (car il s'agit de biens captifs, inaliénables) : donation pieuse permettant de laisser la jouissance de ce bien à des dévolutaires.
* hachich[204], hachisch ou haschich (s.m.) de ḥašīš (حشيش) « herbe ».
* hadîth[205] de ḥadīṯ (حديث) : paroles de Mahomet ou de ses compagnons; tradition du prophète.
* haïk[206] (s.m.) de ḥāʾik (حائك) « tisserand ». Grand voile rectangulaire que des femmes musulmanes portent par-dessus leurs vêtements.
* haje[207] (s.m.) (zoo.) de ḥayya (حية) « serpent ; reptile ».
* halal[208] (adj. inv.) de ḥalal (حلال) « légitime ; honnête ; permis » (même racine que ḥill (حلّ) « licite ; permis ; profane ; non sacré », antonyme de haram) : Se dit de la viande abattue selon le rite musulman.
* halva[209] (s.f.) de ḥalāwa (حلاوة) « douceur ; confiserie ».
* hamada[210] (s.m.) de ḥammāda (حمادة) : hamada; au Sahara, plateau constitué par des dalles rocheuses.
* hammam[211] (s.m.) de ḥammām (حمّام) « bain chaud », de ḥamma (حمّ) « chauffer ».
* hanafite[212] ou hanifite[213] (s.m. et adj.) de ḥanafī (حنفي) : membre de l’école juridique fondée par Abu Hanifa Al-Nu'man Ibn Thabit.
* haram[214] (s.m. et adj.) de ḥaram (حرم) « sacré ; interdit » : qualifie le territoire sacré, interdit aux non-musulmans autour des villes de La Mecque et de Médine. Voir aussi harem
* hardes[215] (s.f.pl) de l'ancien français fardes, de l'aragonais farda[216], de l'arabe farda (فردة) « vêtements usés ; ce que l'on emporte en voyage ». Voir aussi farde.
* harem[217] (s.m.) de ḥarīm (حريم) « harem; sérail; gynécée ».
* harissa[218] (s.f.) de harīsa (هريسة) « harissa ; purée ; marmelade », de harasa (هرس) « écraser ; broyer ». En Tunisie : purée de piments. En Égypte : pâtisserie sucrée.
* harka[219] (s.f.) / harki (s.m. et adj) de ḥaraka (حركة) « mouvement ; expédition militaire » : nom donné aux troupes supplétives pendant la colonisation de l'Afrique du Nord.
* hasard[220] (s.m.) de az-zahr (الزهر) « dé à jouer ». À comparer avec les mots aléatoire / aléa[221] venant du latin alea signifiant aussi « jeu de dés ».
* haschich, voir hachich.
* Hedjaz[222] de ḥajaz (حجز) : partie centrale de la péninsule arabique contenant La Mecque et Médine.
* hégire[223] (s.f.) de hijra (هجرة) « exil ».
* henné[224] (s.m.) (bot.) de ḥinnāʾ (حناء) : plante dont les feuilles séchées et réduites en poudre. La poudre ainsi obtenue servant de teinture.
* hoqueton[225] (s.m.) de al-quṭn (القطن) « le coton » : veste que l'on portait sous le haubert ; casaque de paysan. Voir aussi le mot coton.
* houka[226] (s.m.) de ḥuqqa (حقّة) « boîte ; pot », passé à l'urdu ḥuqqa (حقة) « pipe à réservoir ».
* houle[227] (s.f.) de hawl (هول) « effrayer », le CNRTL penche pour une origine scandinave de hol[228] « caverne ».
* houri[229] (s.f.) de ḥurīya (حورية) ; belle jeune femme, du persan ḥuri (حورى) « belle femme ». Dans le Coran figure l’expression bi-ḥūrinn ʿiyinn[230] (بِحُورٍ عِينٍ) « aux (grands) yeux noirs » à propos des vierges du paradis, le verbe ḥawira (حور) signifie « être très noir ».

I

* ifrit, voir afrite
* imam[231] ou iman (s.m.) de imām (إمام) passé au persan emām (امام) « guide, celui qui est devant ».
* intifada[232] (s.m.) de intifāḍā (انتفاضى) « soulèvement » dérivant de faḍḍa (فضّ) « rompre ».
* islam[233] (s.m.) de islām (إسلام) « soumission (à Dieu) ».

J

* jaquette(s.f.) de jaque / jacque (s.m.) de šakk (شكّ) « piquer ; transpercer » (?) : cotte de mailles. Origine remise en cause car peu cohérente du point de vue phonétique et historique. Le mot proviendrait de Jacques[234] surnom donné, au Moyen-Âge, aux paysans et serait ensuite passé à l'espagnol jaco et désignerait leur vêtement.
* jarde[235] (s.f.) ou jardon[236] (s.m.) (médecine vétérinaire) de l'italien giarda de jarad (جرد) « nu ; dénudé » : tumeur du jarret du cheval.
* jarre[237] (s.f.) de l'espagnol jarra, de l'arabe jarra (جرّة) « jarre ; cruche » : récipient en terre.
* jaseran[238] ou jaseron (s.m.) de al-jazāʾir (الجزائر) (nom de la ville d'Alger en arabe) : cotte de mailles fabriquée à Alger.
* jasmin, voir mots transmis par la langue arabe / jasmin
* jellaba, voir djellaba.
* jihad, voir djihad.
* jinn, voir djinn.
* julep[239] (s.m.) de julāb (جلاب) : préparation liquide, sucrée et aromatisée, servant de base aux sirops ; eau de fleur d'oranger (exemple le mint julep).
* jupe[240] (s.f.) de l'italien giubba de l'arabe jubba (جبٌة) « veste du dessous ».
TOPIC : Mots français d'origine arabe*01*  SOURCE : Linguistic Studies ** http://languages.forumactif.org/
Signature : langues
Back to top Go down
http://languages.forumactif.org
 

Mots français d'origine arabe*01*

View previous topic View next topic Back to top 
Page 1 of 1

Permissions in this forum:You cannot reply to topics in this forum
languages :: Translation.Traduction.Übersetzung.الترجمة.Vertaling.Перевод. :: Translation-
Jump to: