languages
Dear visitor; Welcome.
Linguistic Studies:
is particularly intended to be of use for students and teachers at all levels as well for members of the general public who wish to get Academic resources for the study of Foreign Languages .
---------------------------------------------------------
Registration will not take more than one minute,
GO ON!

languages

academic resources for the study of foreign languages
 
HomeRegisterLog in

Share | 
 

 Dictionnaire de linguistique 02

View previous topic View next topic Go down 
AuthorMessage
langues
Admin
Admin
avatar


PostSubject: Dictionnaire de linguistique 02   Sat 19 Feb - 17:27

MULTILINGUE, adj. (TLFI)
A. [En parlant d'une chose] Qui est rédigé en trois langues ou davantage. Dictionnaire,
écrit, texte multilingue. L'annuaire statistique de l'Indochine indique pour
1935 (...) 190 bulletins et revues dont 109 en français, 64 en annamite, 2 en
cambodgien, 1 en latin et 14 publications bi-ou multilingues
(Civilis.
écr
., 1939, p. 36-9). Dans l'ensemble constitué par les ouvrages plurilingues,
l'étendue de la nomenclature enregistrée et les procédés descripteurs utilisés
permettent à leur tour d'opposer les dictionnaires bilingues aux dictionnaires
multilingues
(B. QUEMADA, Les Dict. du fr. mod., Paris, Didier, 1967,
p. 43).
B. [En parlant d'une pers.] Qui parle trois langues ou davantage, apprises en
tant que langues maternelles (d'apr. DUCROT-TOD. 1972).






N

NÉOLOGIE, subst. fém. (TLFI)
A. Création de mots, de tours nouveaux et introduction de ceux-ci dans
une langue donnée. Parlementarisme est une trouvaille. Je donne ma
voix ˆ M. Louis Bonaparte pour le premier fauteuil vacant à l'Institut.
Comment donc! mais il faut encourager la néologie!
(HUGO, Nap.
le Pt
, 1852, p.149).
B. Ling. Processus de formation de nouvelles unités lexicales.
Synon. créativité lexicale. Selon les frontières
qu'on veut assigner à la néologie, on se contentera de rendre
compte des mots nouveaux, ou l'on englobera dans l'étude toutes les nouvelles
unités de signification (Ling. 1972).
NÉOLOGISME, subst. masc. (TLFI)
Mot, tour nouveau que l'on introduit dans une langue donnŽe. Néologisme
barbare; une langue truffée de néologismes; risquer un néologisme.
Les néologismes n'effraient point, à condition qu'ils soient bien
formés et restent compréhensibles
(DUMESNIL, Hist. théâtre
lyr
., 1953, p.217).
NIVEAU, subst. masc. (TLFI)
Dans le domaine de la ling. et de la sémiot.
Niveau de langue. Chacune des variétés stylistiques d'une
langue, distinguées plus ou moins arbitrairement, à l'aide de
marques temporelles (p. ex. vx), spatiales (p. ex. région.)
et socio-culturelles (p. ex. pop.). Au fur et à mesure que
des élèves étrangers apprennent à véritablement
maîtriser notre langue, pendant très longtemps continue à
se poser le problème des niveaux de langue (...). Plongé dans
le français contemporain, l'élève étranger a cependant
encore souvent de la peine à éviter des "décalages"
de langue, c'est-à-dire à savoir se maintenir au même Ç
niveau È de langue, et surtout - annonçons-le dès maintenant -
au même "sous-niveau" de langue. Comment classer très
simplement les trois niveaux principaux du français contemporain? Langue
contemporaine : langue populaire/bon usage/langue littéraire
(C.
STOURDZÉ ds Fr. monde, 1969, pp. 18-19).
- Ling. Struct. [Dans la mesure où la langue est considérée comme un
ensemble structuré, hiérarchisé d'unités] Le mot a une position fonctionnelle
intermédiaire qui tient à sa nature double. D'une part il se décompose en unités
phonématiques qui sont de niveau inférieur; de l'autre il entre, à titre d'unité
signifiante et avec d'autres unités signifiantes, dans une unité de niveau supérieur
(E. BENVENISTE, Problèmes de ling. gén., Paris, Gallimard, t. 1,
1967, p. 123).
- Niveau linguistique. Degré de l'analyse linguistique. Niveau
phrastique, morphématique, phonématique; niveau d'analyse. Selon
l'unité que l'on retient, on peut distinguer au moins six niveaux linguistiques
formels
(PHÉL. Ling. 1976).
- Gramm. générative. Niveau de représentation. "Système
de concaténation représentant une phrase comme une suite d'éléments discrets
(...). Les relations entre les niveaux sont définies par un ensemble de règles
de représentation exprimant la manière dont les éléments d'un niveau supérieur
sont représentés par les éléments d'un niveau inférieur" (Ling.
1972). Des "structures profondes" aux "structures de surface",
toute phrase peut être décrite à plusieurs "niveaux de représentation"
(D.D.L. 1976).
- sémiotique. Niveau sémiotique/niveau discursif. Pour le seul
niveau sémiotique, on distinguera le plan des structures sémiotiques
profondes (syntaxe et sémantique fondamentales) et celui des structures
sémiotiques de surface (syntaxe et sémantique narratives)

(GREIMAS-COURTÉS 1979).
NOÈME, subst. masc. (TLFI)
Ling., sémiot. Unité minimum de sens, inanalysable, constituant
un primitif sémantique, du code qui construit le sémantisme d'une langue.
Le signifié peut être décrit en tant que combinaison adjonctive de noèmes

(K. HEGER, La Sém. et la dichotomie de lang. et parole ds Trav. Ling. Litt.
Strasbourg t.7, 1969 no 1, p.68).
NOÉTIQUE, adj. et subst. fém. (TLFI)
Ling., sémiot.Champ noétique. Champ des signifiés. (Ds REY Sémiot.
1979).
NOMENCLATURE, subst. fém. (TLFI)
Ensemble des adresses figurant dans un dictionnaire et constituant la liste
des unités de signification définies dans ce dictionnaire (d'apr.
D. D. L. 1976). La nomenclature de ce dictionnaire n'est pas exacte,
n'est pas complète
(Ac.).
NORMATIF, VE,Adj. (TLFI)
A. Qui a les caractères d'une norme, d'une règle; qui concerne
les normes. Jugement, prŽcepte normatif.
B. Qui fixe, prescrit une norme, émet des jugements de valeur.
NORME, subst. fém. (DLSL)
1. On appelle norme un système d'instructions définissant
ce qui doit être choisi parmi les usages d'une langue donnée si
l'on veut se conformer à un certain idéal esthétique ou
socioculturel. La norme, qui implique l'existence d'usages prohibés,
fournit son objet à la grammaire normative ou grammaire au sens
courant du terme.
2. On appelle aussi norme tout ce qui est d'usage commun et courant dans
une communauté linguistique; la norme correspond alors à l'institution
sociale que constitue la langue standard.





O

OCCURRENCE, subst. fém. (DLSL
Toutes les fois qu'un éléments linguistique (type) figure dans
un texte, on parle d'occurrence (token). L'apparition du terme politiqued
dans un texte analysé du point de vue linguistique sera une occurrence
du mot politique.
ORTHOGRAPHE, subst. fém. (TLFI)
A. [L'accent est mis sur la notion de correction]
1. Manière, considérée comme correcte, d'écrire
un mot. Orthographe d'un nom difficile, vérifier l'orthographe d'un
mot. Si votre Excellence daignait me dicter l'orthographe des mots lettre à
lettre, les envieux ne sauraient plus que dire
(STENDHAL, Chartreuse, 1839,
p.191). Les noms anciens n'ont pas d'orthographe (NERVAL, Filles feu, Angélique,
1854, p.562):
2. Ensemble des règles fixées par l'usage, la tradition, qui régissent
l'organisation des graphèmes, la manière d'écrire les mots
d'une langue; connaissance et application de ces règles. Apprendre,
mettre, savoir l'orthographe; ne pas avoir d'orthographe; réforme de
l'orthographe. Est-il une faute d'orthographe que d'écrire escamotter
avec deux tt? escamotez-en un, alors
(FLAUB., Corresp., 1864, p.146).





P

PARONYME, subst. masc. et adj. (TLFI)
Linguist. (Mot) qui présente avec un autre mot une certaine analogie
phonétique, mais sans avoir le même sens. Mots paronymes. La
troisième succession fut celle qui (...) transmit le trône à
(...) Phoebé; et celle-ci en dota comme don pour sa naissance Phoebus,
dont le nom est du sien propre paronyme
(CLAUDEL, Euménides,
1920, I, p.949). Les paronymes sont des mots presque homonymes, ne présentant
qu'une ressemblance approximative de son ou d'orthographe: Inculper, inculquer;
conjecture, conjoncture; collision, collusion
(GREV. 1975, p.123, ¤ 159).

PHILOLOGIE, subst. fém. (TLFI)
Discipline qui vise à rechercher, à conserver et à interpréter
les documents, généralement écrits et le plus souvent littéraires,
rédigés dans une langue donnée, et dont la tâche
essentielle est d'établir une édition critique du texte.
PHILOLOGIQUE, adj. (TLFI)
Relatif à la philologie, qui relève de la philologie.
PHONÈME, subst. masc. (DLSL)
Le phonème est l'élément minimal, non segmentable,
de la repésentation phonologique d'un énoncé, dont la nature
est déterminée par un ensemble de traits distinctifs. Chaque langue
présente, dans son code, un nombre limité et restreint de phonèmes
(une vingtaine à une cinquantaine selon les langues) qui se combinent
successivement, le long de la chaîne parlée, pour constituer les
signifiants des messages et s'opposent ponctuellement, en différents
points de la chaîne parlée, pour distinguer les messages les uns
des autres. […] Le phonème français /a/ s'oppose à
/i/, /e/, […], /y/, /u/, /o/ […] comme le montre la série minimale
la, lis, les lait, lu, loup, lot, las, etc.
PHONÉTIQUE, subst. fém. et adj. (TLFI)
I. Adjectif
A. Relatif aux sons du langage. Altération, évolution phonétique.
Chaque changement phonétique, quelle que soit d'ailleurs son extension,
est limité à un temps et un territoire déterminés

(SAUSS. 1916, p.135).
B. En partic.
1. Qui représente graphiquement les sons d'une ou de plusieurs langues,
indépendamment de l'orthographe. Alphabet phonétique (international);
écriture, notation, transcription phonétique. D'après
la nature de l'écriture phonétique les signes se réduisent
à un petit nombre de lettres, qui, par leur groupement et leur ordre,
forment la multitude des mots
(ALAIN, Beaux-arts, 1920, p.303).
- Orthographe phonétique. Orthographe qui transcrit la prononciation
de manière univoque.
II. Subst. fém.
"Science, dépendante notamment de l'anatomie, de la physiologie
et de l'acoustique, qui étudie la production et la perception des sons
des langues humaines, dans toute l'étendue de leurs propriétés
physiques" (MOUNIN 1974). La phonétique tout entière,
est le premier objet de la linguistique diachronique; en effet l'évolution
des sons est incompatible avec la notion d'état; comparer des phonèmes
ou des groupes de phonèmes avec ce qu'ils ont été antérieurement,
cela revient à établir une diachronie
(SAUSS. 1916, p.194).

PHRASÉOLOGIE, subst. fém. (TLFI)
A. Gramm., vx. "L'étude et la connaissance de la phrase et,
par conséquent, une partie très importante de la grammaire (peu usité en ce
sens)" (LITTRé). Synon. syntaxe.
B. Ling. et lang. cour.
1. Ensemble des tournures typiques d'une langue, soit par leur fréquence,
soit par leur caractère idiomatique. La phraséologie latine, française. La
phraséologie grecque est poétique et pittoresque entre toutes les autres, en
même temps que na•ve et simple; par l'usage très fréquent des ellipses, des
syllepses, des attractions, des anacoluthes, elle concorde avec le génie éminemment
synthétique de la langue; par l'emploi de nombreuses particules, elle excelle
à exprimer des nuances fines et délicates, et donne à la langue une précision
que les autres ne sauraient atteindre au même degré
(Lar. 19e). -
Dictionnaire de phraséologie.
PLURILINGUE, adj. (TFLI)
[En parlant d'un ouvrage] Qui est rédigé en plusieurs langues.
Dictionnaire plurilingue (B. QUEMADA, Les Dict. du fr. mod., 1967,
p.41).
POLYSÉMIQUE, adj. (TLFI)
[En parlant d'un signe ling.] Qui renvoie à plusieurs signifiés
présentant des traits sémantiques communs. Anton. monosŽmique.

PRÉDICAT, subst. masc. (TLFI)
[Dans un énoncé où l'on peut distinguer ce dont on parle
et ce qu'on en affirme ou nie] Prédicat (logique). Terme qui dit
quelque chose de l'autre. Tous les énoncés assertifs (affirmatifs
ou négatifs) semblent devoir être décrits comme l'attribution
d'une certaine propriété à un certain objet. D'où
la nécessité que leurs descriptions sémantiques comprennent
deux parties: un sujet que nous appellerons logique désignant l'objet
dont quelque chose est affirmé, et un prédicat indiquant la propriété
affirmée
(DUCROT-TOD. 1972, p.344). Pour analyser une proposition
assertive telle que Tous les hommes sont mortels, on distinguera un sujet logique:
Tous les hommes (ce à quoi on attribue une propriété),
et un prédicat logique: sont mortels (propriété attribuée)

(D. D. L. 1976).






Q -


R

RACINE, subst. fém. (TLFI)
Linguist. "élément irréductible récurrent
dans les formes lexicales apparentées par le sens et considéré
en linguistique historique comme la forme la plus ancienne expliquant tous les
dérivés ultérieurs" (D. D. L. 1976). Hovesh
(...). C'est celui qui a le droit de mettre en prison, c'est le gouverneur.
Le mot qui, en hébreu moderne, désigne le prisonnier est tiré
de la même racine et se dit havoush
(GREEN, Journal, 1939,
p. 238). La distinction entre racine et radical n'est pas toujours très
claire. Le terme racine est souvent réservé à la linguistique
diachronique: ainsi des Ç racines indo-européennes È sont reconstituées
à partir de la comparaison du grec, du latin, etc.
Lang. 1973.

RADICAL , subst. masc. (DLSL)
On appelle radical une des formes prises par la racine dans les réalisations
diverses des phrases. Le radical est donc distinct de la racine, qui est la
forme abstraite servant de base de représentation à tous les radicaux
qui en sont les manifestations. Ainsi, on dira que la racine /ven/ "venir"
a deux radicaux, ven- et vien-, qui se réalisent avec adjonction
de désinences grammaticales dans venons, venue, venait, vienne, viennent,
etc. De même, la racine /chant/ "chanter" a deux radicaux, chant-
et cant-, qui se réalisent dans les formes chantait, chantre,
chanteur, cantatrice, cantilène,
etc. Une racine peut n'avoir qu'un
radical, et dans ce cas, racine et radical se confondent. Ainsi, en grec, la
racine /lu/ "délier" ne comporte qu ele radical lu-,
que l'on trouve dans luô, luete, leluka, etc. Le radical est ainsi
la base à partir de laquelle sont dérivées les formes pourvues
d'affixes […].

RÉFÉRENT, subst. masc. (TLFI)
Linguist. "Ce à quoi le signe linguistique renvoie soit dans la
réalité extra-linguistique ou univers réel, soit dans un univers imaginaire"
(Lang. 1973). Synon. référé. Pour être opérant, le message
requiert d'abord un contexte auquel il renvoie, c'est ce qu'on appelle aussi,
dans une terminologie quelque peu ambigu‘, le référent, contexte saisissable
par le destinataire, et qui est soit verbal, soit susceptible d'être verbalisé
(R. JAKOBSON, Essais de ling. gén., 1963, ibid.). La fonction
référentielle est la fonction cognitive ou dénotative par laquelle le référent
du message est considéré comme l'élément le plus important
(Ling.
1972).
REGROUPEMENT, subst. masc. (TLFI)
Regroupement autour d'un terme de base de mots liés les uns aux autres par des
rapports à la fois morphologiques et sémantiques. Les possibilités qu'offrent
les systèmes de suffixation et de préfixation pour passer d'une construction
de phrase à une autre construction, d'un verbe à un substantif, d'un substantif
à un adjectif, etc., ont été mises en évidence dans cet ouvrage
[le DFC]
par des regroupements autour des termes de base (DUB. 1967, p. III).

RÉPERTOIRE, subst. masc. (TLFI)
Inventaire méthodique (énumération, liste, table, etc.) où les informations
sont classées dans un ordre qui permet de les retrouver facilement; p. méton.,
le support de ces informations. Synon. catalogue, état, index, nomenclature.
Il avait une série de dossiers admirablement classés, auxquels correspondait
un répertoire des noms, qu'il relisait de temps à autre, pour s'entretenir la
mémoire
(ZOLA, Argent, 1891, p. 31).
Linguist. "Ensemble d'unités linguistiques et de lois d'assemblage
de ces unités (phonologiques, morpho-syntaxiques, lexico-sémantiques) dont dispose
le sujet pour décoder la parole" (D. D. L. 1976).





S

SÉMANTIQUE, subst. fém. et adj. (TLFI)
I. Subst. fém.
Linguist. 1. étude d'une langue ou des langues considérées
du point de vue de la signification; théorie tentant de rendre compte
des structures et des phénomènes de la signification dans une
langue ou dans le langage. Sémantique analytique, générative,
logique, structurale; sémantique descriptive, interprétative;
sémantique comparée, diachronique, historique, synchronique; sémantique
lexicale, narrative; sémantique paradigmatique, syntagmatique; sémantique
de l'énoncé, de la phrase; rapports entre syntaxe et sémantique.
Opposée tantôt au couple phonétique-phonologie, tantôt
à la syntaxe (plus particulièrement en logique), la sémantique
est une des composantes de la théorie du langage (ou de la grammaire)
(GREIMAS-COURTÉS 1979).
- P. ext., rare. étude (et théorie) d'un système
de signification quel qu'il soit. Synon. sémiotique. Sémantique
linguistique, musicale, cinématographique. Le sous-sol de l'âme,
- ce que le meilleur philologue Beethovenien (je pourrais dire: le maître
de sémantique Beethovenienne) Heinrich Schenker, a nommé l' "Urlinie",
le "Lichtbild des Seelenkernes"
(ROLLAND, Beethoven, t.
1, 1937, p. 23).
2. En partic. [Dans le cadre de la sémiotique classique de Ch.-W.
Morris, et p. oppos. aux deux autres composantes de celle-ci, la syntaxe et
la pragmatique] étude générale de la signification des
signes conçue comme une relation entre les signes et leurs référents.
(Ds REY Sémiot. 1979).
II. Adjectif
A. Linguist. 1. Qui est relatif à la sémantique, qui a
rapport à la signification d'un mot ou d'une structure linguistique.
Changement, évolution sémantique; contenu, trait sémantique;
analyse, description sémantique; théorie sémantique. Le
sens du signe dans le discours est une représentation dans laquelle se
combinent la valeur sémantique en langue, telle qu'elle est définie
par la convention, et la valeur de situation qui dérive de l'énoncé

(Langage, 1968, p. 454)
- Champ sémantique. Ensemble des mots, des notions se rapportant
à un même domaine conceptuel ou psychologique. La méthode
d'analyse des champs sémantiques élaborée par l'Allemand
J. Trier permet de montrer que l'articulation d'une même région
notionnelle peut varier selon les langues ou les états successifs d'une
même langue
(DUCROT-TOD. 1972, p. 176).
- [Dans une gramm. générative]
Composant ou composante sémantique. Composant interprétatif
traduisant les suites de morphèmes engendrés par la syntaxe en
un métalangage permettant de donner une représentation de la signification
des phrases. La composante sémantique d'une grammaire (...) a pour
fonction d'interpréter les structures syntaxiques en termes de sens -
autrement dit, d'attribuer une signification (ou plusieurs, dans le cas des
phrases ambigu‘s) aux structures engendrées par la syntaxe (et le lexique)

(N. RUWET, Introd. à la gramm. générative, 1967,
p. 332).
- [P. oppos. à asémantique] Phrase sémantique. Phrase
qui a un sens, qui est acceptable du point de vue du sens. Une phrase qui
n'est pas sémantique est dite asémantique
(REY Sémiot.
1979).
SÈME, subst. masc. (DLSL)
Le sème est l'unité minimale de signification, non susceptible
de réalisation indépendante, et donc toujours réalisée
à l'intérieur d'une configuration sémantique. Par exemple,
l'analyse sémique rend compte de l'opposition chaise vs fauteuil
par l'adjonction, au sémème de chaise (composé des
sèmes S1, S2, S3, S4, "avec dossier", "sur pieds",
"pour une seule personne", "pour s'asseoir") du sème
"avec bras", absent du sémème de chaise et présent
dans le sémème de fauteuil […] Ces composants minimaux
de l'unité lexicale constituent un ensemble non ordonnée appelé
sémème ou formule componentielle selon que l'on se situe dans
le cadre de l'analyse sémique (européenne) ou de l'analyse componentielle.
Comme sème est en fait synonyme de trait sémantique et
composant sémantique, il se rencontre également, quoique
non systématiquement, chez les linguistes qui pratiquent l'analyse componentielle
ou développent une théorie sémantique dans le cadre de
la grammaire transformationnelle.

SÉMÈME, subst. masc. (TLFI)
Linguist. Ensemble des sèmes d'un lexème constituant son sens ou l'un
de ses sens. Nous considérons le mot, ou plus exactement le lexème (unité
minimale du discours) comme une collection de sèmes (unités minimales de sens),
dont les uns sont nucléaires, les autres contextuels, le tout produisant un
effet de sens ou sémème
(Rhét. gén., Paris, Larousse, 1970, p. 94).

SENS, subst. masc. (TLFI)
[Propriété d'un objet de pensée ou d'un signe]
A. [Signification] 1. Idée, signification représentée par un signe ou un ensemble
de signes; représentation intelligible évoquée ou manifestée par un signe ou
une chose considérée comme un signe. On pourrait prendre dans un sens métaphorique
le vulgaire proverbe, Tout chemin mène à Rome, et l'appliquer au monde moral;
tout mène à la récompense ou au châtiment
(BAUDEL., Paradis artif.,
1860, p. 348).
En partic. Signification d'un élément signifiant d'une langue (ou d'un
langage). Le style de Mallarmé doit précisément son obscurité, parfois réelle,
à l'absence quasi totale de clichés, de ces petites phrases ou locutions ou
mots accouplés que tout le monde comprend dans un sens abstrait, c'est-à-dire
unique
(GOURMONT, Esthét. lang. fr., 1899, p. 304):
Ling., Sémiol., Effet de sens. Signification spécifique déterminée
par le contexte et la situation. à chaque unité significative minima, correspond,
dans la langue, un et un seul sens, et cela, malgré l'infinité de significations
(ou effets de sens) qu'il peut avoir en fait dans le discours, et dont chacune
représente un point de vue partiel, une visée particulière sur le sens
(DUCROT-TOD.
1972, p. 160).
Rem. Pour les valeurs de chaque terme dans l'oppos. sens/signification,
v. signification.
SÉMIOTIQUE, subst. fém. (TLFI)
Commun., Ling.
A. Subst. fém. 1. Théorie générale des signes dans toutes leurs formes
et dans toutes leurs manifestations; théorie générale des représentations, des
systèmes signifiants. Synon. plus fréq. sémiologie. Sémiotique appliquée,
descriptive, pure
: 1 C'est [...] en créant la logique des relations,
qu'un des premiers axiomaticiens, Charles Sanders Peirce, revendique la nécessité
d'une science traitant des significations, de leur convertibilité intersystémique
et de leur relation à l'ordre matériel: la sémiotique. Pour Peirce, la sémiotique
n'est qu'un autre terme pour désigner la logique dans un sens élargi, c'est-à-dire
comme "la théorie quasi nécessaire ou formelle des signes". Encyclop.
univ.
t. 14 1972, p. 861.
2. Étude des pratiques, des comportements et des phénomènes
culturels conçus comme des systèmes signifiants. Synon.
sémiologie. La sémiotique (...) se donne pour but l'exploration
du sens. Cela signifie qu'elle ne saurait se réduire à la seule
description de la communication (définie comme transmission d'un message
d'un émetteur à un récepteur): en l'englobant, elle doit
pouvoir rendre compte d'un procès beaucoup plus général,
celui de la signification
(J. COURTéS, Introd. à la sémiotique
narrative et discursive
, 1976, p. 33).
- Sémiotique littéraire, musicale, picturale, discursive, etc. étude
des faits littéraires, musicaux, du discours, etc. envisagés comme systèmes
de signes. L'outillage méthodologique dont dispose la sémiotique discursive
à l'heure actuelle ne correspond pas - ou plut

3. En partic. [Chez Hjelmslev et les sémioticiens s'inscrivant dans le
même cadre théorique] a) Système structuré de signes, système signifiant (linguistique
ou non). Sémiotique linguistique. Sémiotique dénotative. Sémiotique constituée
d'une expression et d'un contenu, c'est-à-dire dont ni l'expression ni le contenu
ne sont à eux seuls une sémiotique. Sémiotique connotative. Sémiotique dont
l'expression est une sémiotique. Sémiotique métalinguistique. Sémiotique
dont le contenu est une sémiotique. Un métalangage est un système dont le
plan du contenu est constitué lui-même par un système de signification; ou encore,
c'est une sémiotique qui traite d'une sémiotique
(R. BARTHES, Le Degré
zéro de l'écriture, élém. de sémiologie
, 1968 [1964], pp. 163-164)
B. Adjectif 1. Qui relève de la sémiotique (ou de la sémiologie), qui
appartient à la sémiotique. Analyse, démarche, méthodologie sémiotique. Chez
Louis Hjelmslev et avec le cercle de Copenhague, le projet sémiotique prend
un aspect plus théorique et davantage détaché des spécificités propres au matériau
langagier et au système signifiant particulier
(Encyclop. univ. op.
cit., p. 862).
SIGNE, subst. masc. (TLFI)
Ling., Signe (linguistique). Unité linguistique constituée
d'une partie physique, matérielle, le signifiant, et d'une partie abstraite,
conceptuelle, le signifié. Le mythe, précisément, prétend
surmonter l'inadéquation du symbole au signifié: le signe linguistique,
le mot, est investi, dans le mythe, d'une dignité telle qu'il tend à
se substituer au signifié, de sorte que la plénitude de la parole
mythique, du verbe créateur, rejoint souvent, et de façon dérisoire,
la magie verbale
(Traité sociol., 1968, p. 262):
Dans le domaine de l'écriture. Graphème ou caractère ayant
une valeur donnée dans un système d'écriture. Signe
alphabétique, diacritique, orthographique, typographique; signe abréviatif;
signe de ponctuation
. Un héraut ou lecteur, tenant à la
main un rouleau couvert de signes hiéroglyphiques, s'avança
(GAUTIER,
Rom. momie, 1858, p. 219). L'écriture constitue un système
de signes dont le contenu est le même que celui des signes linguistiques,
et dont l'expression est une combinaison des éléments graphiques
différentiels que l'on peut appeler les graphèmes
(Langage,
1968, p. 523).
SIGNIFIANT, -ANTE, part. passé, adj. et subst. masc. (TLFI)
Ling. [P. oppos. à signifié] Partie formelle,
matérielle et sensible du signe. Le lien unissant le signifiant au
signifié est arbitraire, ou encore, puisque nous entendons par signe
le total résultant de l'association d'un signifiant à un signifié,
nous arbreuvons dire plus simplement: le signe linguistique est arbitraire

(SAUSS. 1916, p. 100). Le lien qui unit signifiant et signifié est
nécessaire: dans la conscience du sujet parlant français, le signifiant
bœuf (c'est-à-dire l'image acoustique du groupe de sons bšf) évoque
nécessairement le concept de bœuf et le concept déclenche
nécessairement l'image acoustique bšf. Ç Le signifiant est la traduction
phonique du concept; le signifié est la contrepartie mentale du signifiant

È (E. BENVENISTE ds PERROT, Ling., 1953, p. 112).
SIGNIFIÉ, subst. masc. (DLSL)
Le terme de signifié appartient à la terminologie de F.
de Saussure comme synonyme de concept. En effet, le signe linguistique
tel qu'il le conçoit, résulte de la combinaison d'un signifiant
et d'un signifié, ou, dans une autre formulation, d'une image acoustique
et d'un concept.[…]

SOUS-ADRESSE, subst. fém. (DLSL)
En lexicographie, le terme de sous-adresse désigne, à l'intérieur
d'un article, entrée mise en relief par une typographie spéciale
(petit gras, italique) qui indique des acceptions distinctes de l'acception
principale ou correspondant à une forme de l'itel lexical différente
de celle du mot d'entrée. Ainsi, classeur, étant l'adresse
(celui, celle qui classe les entrées), classeur, nom masculin
(objet ou meuble de bureau, divisé en compartiments, servant à
classer des papiers), et classeuse, nom féminin (appareil destiné
au classement et à l'endossement des chèques), sont des sous-adresses.

STYLISTIQUE, adj. (TLFI)
Indicateur/marque stylistique. Indication permettant de noter un certain
niveau de langue. Les niveaux de langue ou marques stylistiques, par le nom
même, indiquent qu'il existe une hiérarchie sociale, diagnostiquée par les comportements
verbaux
(J. et Cl. DUBOIS, Introd. à la lexicogr., Paris, Larousse,
1971, p. 37). Quand plusieurs indicateurs stylistiques sont nécessaires pour
introduire un mot ou un sens, l'indicateur mélioratif ou péjoratif précède dans
les articles du TLF l'indicateur de niveau de langue, lequel précède l'indicateur
relatif à l'usage
(G. GORCY ds WšrterbŸcher, t. 1, Berlin-New York,
W. de Gruyter, 1989, p. 913, col. 1).
SYNCHRONIE, subst. fém. (TLFI)
Linguist. [P. oppos. à diachronie] "état de
langue considéré dans son fonctionnement à un moment donné"
(Ling. 1972). Est synchronique tout ce qui se rapporte à l'aspect
statique de notre science, diachronique tout ce qui a trait aux évolutions.
De même "synchronie" et diachronie désigneront respectivement
un état de langue et une phase d'évolution
(SAUSS. 1916, p.
117). En synchronie. En résumé, si l'on parle de loi
en synchronie c'est dans le sens d'arrangement, de principe de régularité

(SAUSS. 1916, p. 131).
- étude d'un système linguistique à un moment donné.
Synon. linguistique synchronique*, description synchronique*. La distinction
entre diachronie et synchronie a imposé l'idée féconde
que tout état de langue pouvait être étudié comme
un système cohérent et complet
(PERROT, Ling., 1953,
p. 105).
- Rubrique d'un article de dictionnaire qui traite des faits linguistiques selon
ce point de vue.
SYNCHRONIQUE, adj. (TLFI)
Qui étudie la langue à un moment donné de son histoire,
indépendamment de toute évolution dans le temps.
SYNONYME, adj. et subst. masc. (TLFI)
Linguist. I. Adjectif
A. [En parlant d'un mot] De forme différente et de même sens (ou
de sens voisin) qu'un autre mot. Adjectifs, substantifs, verbes synonymes;
mots, termes synonymes; tel mot est synonyme de tel autre; donner tel mot comme
synonyme de tel autre. Là sont les racines du langage, et la raison pour
laquelle verbe ou parole sont synonymes
(BONALD, Législ. primit.,
t. 1, 1802, p. 253).
II. Subst. masc. Mot ou expression de même sens ou, plus exactement,
de sens équivalent ou approchant, c'est-à-dire substituable dans
certains contextes à un autre mot, à une autre expres​sion(d'apr.
D. D. L
. 1976).
- Dictionnaire de(s) synonymes. Dictionnaire qui répertorie les
synonymes. Ce dictionnaire des synonymes fonctionne par champs conceptuels
associés, c'est-à-dire que, par respect pour la richesse et la
liberté de la langue, il ne passe pas aux mots le carcan de la synonymie
mais leur permet d'évoluer thématiquement les uns par rapport
aux autres
(PERNON Synon. 1986, p. 9).
SYNTAGME, subst. masc. (DLSL)
En linguistique structurale, on appelle syntagme un groupe d'éléments
linguistiques formant une unité dans une organisation hiérarchisée.
Le terme de syntagme est suivi d'un qualificatif qui définit sa
catégorie grammaticale (syntagme nominal, syntagme verbal, syntagme adjectival,
etc […]. Le syntage est toujours constitué d'une suite d'éléments
et il est lui-même un constituant d'une unité de rang supérieur.
; c'est une unité linguistique de rang intermédiaire. Ainsi, le
synatgme nominal est le constituant de la phrase, ce noyau étant formé
de la suite : syntagme nominal + syntagme verbal (Pierre + est venu
à la maison
) […].






T

TOPONYMIE, subst. fém. (TLFI)
Étude linguistique des noms de lieux, d'une région ou d'une langue,
du point de vue de leur origine, de leur transformation, ou de leur signification.

TRÉSOR, subst. masc. (TLFI)
"Inventaire des unités lexicales d'une langue visant à l'exhaustivité"
(MOUNIN 1974); titre d'ouvrages d'érudition, notamment de dictionnaires
et d'encyclopédies. Trésor de la langue grecque; Trésor
de la langue latine; Trésor de la langue française; Trésor
du Félibrige. Brunetto Latini (...) avait traduit en italien la morale
d'Aristote; il rédigea, sous le titre de Trésor, une encyclopédie
des connaissances de son temps
(OZANAM, Philos. Dante, 1838, p. 61).
Charles Lenormant publiait un Trésor de numismatique et de glyptique,
de 1836 à 1850
(L'Hist. et ses méth., 1961, p. 379).





U

UNILINGUE, adj. (TLFI)
A. [En parlant d'une pers., d'une collectivité] Qui ne parle, ne connaît qu'une
seule langue. Synon. monolingue. On peut presque admettre que dans
l'Antiquité, autour du bassin de la Méditerranée, les pays unilingues formaient
l'exception
(SAUSS. 1916, p. 267).
B. [En parlant d'un texte] Qui est en une seule langue. Inscriptions unilingues.
Un dictionnaire unilingue (ou monolingue) est un dictionnaire dont les entrées
et les sorties appartiennent à la même langue, par opposition aux dictionnaires
bilingues
(Ling. 1972).
UNITÉ, subst. fém. (TLFI)
Ling. sémiot. Classe d'éléments minimaux analysables,
caractéristiques d'un plan, d'un niveau ou d'un rang de dérivation
d'un langage; chacun de ces éléments identifié (d'apr.
Ling. 1972 et GREIMAS-COURTÉS 1979). Unité linguistique, sémiotique;
unité sémantique, syntaxique, phonique; unité de discours.
Si un malade voit le diable, il voit aussi son odeur, ses flammes et sa fumée,
parce que l'unité significative diable est cette essence âcre,
sulfureuse et brûlante
(MERLEAU-PONTY, Phénoménol.
perception
, 1945, p. 368). V. lexie B ex. de R. Barthes.
Unité grammaticale. Mot ou groupe de mots ayant un certain caractère
d'ensemble (d'apr. PHéL. Ling. 1976).
Unité lexicale, unité de langue, de lexique. (Ds D. D. L. 1976).
L'unité lexicale est chacune des acceptions que le Dictionnaire donne à une
certaine unité, lexicographique, sous forme d'un numéro individuel (Cah.
Lexicol
. t. 10 no 1 1967, p. 106).
Unité linguistique . Partie du discours, pourvue ou non de signification,
qui, à un niveau donné de l'analyse linguistique, est indivisible (d'apr. D.
D. L.
1976). [Les unités du discours] sont susceptibles d'être analysées
en unités linguistiques, c'est-à-dire en marques phoniques (les phonèmes), en
marques grammaticales (les morphèmes), en marques sémantiques (les sémantèmes)
(Traité sociol., 1968, p. 268).
Unité narrative. Séquence (d'apr. Media 1971).
Unité phonologique. Marque du système phonologique. La donnée acoustique
existe déjà inconsciemment lorsqu'on aborde les unités phonologiques (SAUSS.
1916, p. 63).
Unité signifiante. Celle qui représente un signe, c'est-à-dire
l'union d'un signifiant et d'un signifié (d'apr. D. D. L. 1976). Dans
la transmission d'un pattern d'une machine à une autre machine, ou d'une
partie à une autre d'une même machine, une forme, finalement, se
trouve transmise comme une unité signifiante, parce qu'un être
conscient peut prendre conscience d'un résultat final comme d'une forme
(RUYER, Cybern., 1954, p. 9).
Unité significative (minimale). Morphème identifié au rang morphématique
Unité syntaxique. Phrase (d'apr. Media 1971). On décrira les
unités syntaxiques présentes dans les Ld en allant des plus petites aux plus
grandes, soit dans l'ordre: le mot, le syntagme, l'énoncé minimum et le discours
(COYAUD, Introd. ét. lang. docum., 1966, p. 23).
Unité de texte; unité de discours. Synon. de vocable (d'apr.
PHéL. Ling. 1976). L'unité de discours Synthol correspond à un certain
type de texte Ln: article, rapport, analyse, résumé, Ç abstract È d'ouvrages
écrits en Ln
(COYAUD, Introd. ét. lang. docum., 1966, p. 47).




V

VEDETTE, subst. fém. (TLFI)
parfois en appos. (Mot) vedette. Mot placé en tête d'un
article de dictionnaire et sous lequel sont groupées les informations
le concernant. Synon. entrée. Quant à savoir ce que
représente le mot vedette pour l'usager, la réponse est claire.
La vedette, en tant que forme matérielle, n'est pas un signe, ni un signifiant
particulier (...); elle n'est plus que le signal commode des signifiants virtuels
(...) (P. IMBS ds TLF t. 1 1971, Préf., p. XXIX).
VIEUX, VIEILLI, adj. (DLSL)
La marque stylistique vieux ou vieilli (abréviation: vx)
indique, dans un dictionnaire, un emploi ou une expression qui, dans un état
de langue donné, est senti par la majorité des locuteurs comme
n'appartenant plus à leur usage courant.
VOCABULAIRE, subst. masc. (TLFI)
A. Recueil ou répertoire de mots.
1. Dictionnaire ne comportant que les mots les plus usuels d'une langue. Vocabulaire
français-anglais. Nous n'avions d'abord reconnu aucune identité entre leur langage
et celui des peuples des îles de la Société et des Amis, dont nous avions les
vocabulaires
(Voy. La Pérouse, t. 3, 1797, p. 229).
- En partic., vieilli. Tout ensemble de mots répertoriés. Je comprends
le grec moderne; seulement je le parle mal, mais je l'étudie en ce moment. (...)
je me suis fait un vocabulaire des mots que je sais
(DUMAS père, Monte-Cristo,
t. 1, 1846, p. 194).
- Glossaire. Il faudrait que le traducteur (...) donnât un vocabulaire
des termes techniques employés dans l'ouvrage, en expliquant soigneusement
la signification de chacun d'eux
(DESTUTT DE TR., Idéol. 3,
1805, p. 31).
- Lexique. Ils ont composé, pour leur usage et celui de leurs
élèves, un vocabulaire d'une centaine de mots, au moyen duquel
ces docteurs irréfragables prononcent des jugemens sans appel
(JOUY,
Hermite, t. 4, 1813, p. 129). 2. Dictionnaire où ne sont relevés et définis que les
mots d'une langue spéciale ou technique. Vocabulaire de la chimie,
du cinéma, de la musique; vocabulaires des métiers et des techniques.
Le C.I.L.F.
[Conseil international de la langue française] a entrepris
la rédaction de vocabulaires spécialisés dans les domaines
où des ouvrages de ce genre font défaut
(Géomorphol.
1979).
B. Ensemble des mots du discours ou de la parole.
1. Ensemble des mots dont dispose une personne. Avoir un vocabulaire étendu,
pauvre, réduit, restreint, riche, varié; enrichissement, étendue, pauvreté,
variation du vocabulaire; étendre son vocabulaire; changer de vocabulaire. Chaque
sujet parlant se constitue son vocabulaire d'un bout à l'autre de sa vie par
une série d'emprunts à son entourage. On augmente son vocabulaire, mais on le
diminue aussi et on le transforme. C'est un va-et-vient perpétuel de mots qui
entrent et qui sortent
(VENDRYES, Langage, 1921, p. 225).
- En partic. Vocabulaire actif. Vocabulaire utilisé. L'importance
et la nature du vocabulaire actif varient selon les individus (D. D. L.
1976). Vocabulaire passif. Vocabulaire reconnu et compris, mais qui n'est
pas utilisé spontanément. On oppose vocabulaire actif à vocabulaire passif,
comme connaissances actives à connaissances passives (D. D. L. 1976).

2. Ensemble des mots employés effectivement, par une personne, un auteur, un
groupe. Vocabulaire abstrait, concret; vocabulaire exact, imagé; vocabulaire
des étudiants; le vocabulaire de Rabelais; faiblesse de vocabulaire; exercices
de vocabulaire; utiliser un vocabulaire argotique. Il y avait deux semaines
qu'il avait quitté la caserne. Peu à peu il recouvrait ses ongles, une raie,
un vocabulaire civil
(MARTIN DU G., Devenir, 1909, p. 9).
3. En partic. Ensemble des mots propres à une science, une technique,
un art, une profession. Synon. nomenclature. Vocabulaire scientifique
et technique; vocabulaires spéciaux; vocabulaire de spécialité; vocabulaires
des sciences et des techniques
.
4. Linguist. [P. oppos. à lexique] Liste des unités de la parole,
du discours; en partic., liste exhaustive des occurrences, des vocables
figurant dans un corpus.
- Linguist. Ensemble des mots d'une langue considérés dans leur histoire,
leur formation, leur sens. Fluctuations du vocabulaire. Un important Centre
d'étude du vocabulaire français créé à Besançon et doté d'un laboratoire d'analyse
lexicologique (
PERROT, Ling., 1963, p. 35).





W -

X -

Y -

Z
TOPIC : Dictionnaire de linguistique 02  SOURCE : Linguistic Studies ** http://languages.forumactif.org/
Signature : langues

Signature:
[You must be registered and logged in to see this image.]
Back to top Go down
http://languages.forumactif.org
 

Dictionnaire de linguistique 02

View previous topic View next topic Back to top 
Page 1 of 1

Permissions in this forum:You cannot reply to topics in this forum
languages :: Linguistics / Linguistiques :: Linguistics / Linguistiques-
Jump to: